Menu

06 12 12 64 84 contact@frederique-bertin.fr

La psychologie
pour les étudiants

Quand consulter ?

Une enquête de santé publique de 2015 montre que 37% des étudiants, soit plus de 4 étudiants sur 10 et 46% des étudiantes, soit 1 étudiante sur 2 éprouve un mal être profond pendant ses études.

Plusieurs causes peuvent être à l’origine d’un mal être profond, d’une bascule psychique chez l’étudiant, le laissant désarmé face à ce qui lui arrive, très fragilisé, ne se reconnaissant plus.

Voici une liste non exhaustive de causes possibles :

- L’éloignement de sa famille, de ses repères, de ses amis

- La solitude rencontrée dans une ville nouvelle peut susciter après quelques semaines un stress, une anxiété, voire une angoisse qui déstabilise l’étudiant

- La pression exigée dans les prépas et dans certaines écoles peut également fragiliser l’étudiant quant à ses capacités à se concentrer, à apprendre. L’étudiant se trouve alors face à un travail qu’il est incapable de faire, ne parvenant plus à se concentrer, parfois même seule l’idée d’ouvrir un livre devient impossible, ce qui le terrifie car il ne se l’explique pas.

- Une remise en question de son orientation comme le constat d’une mauvaise orientation peut générer également une grande souffrance psychique chez l’étudiant.

- La considération de devenir un adulte peut faire basculer psychiquement un étudiant car il se trouve en face à face avec celui qu’il était jusque là et celui qu’il tend à devenir.

- En cas de rupture amoureuse

- vous réalisez que votre choix d’orientation ne vous correspond pas ou vous vous sentez submergé par vos études…

La chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là où on est tombé. Socrate

Les manifestations peuvent être :

- Un malaise qui fait souffrir quotidiennement

- Un sentiment de profonde tristesse qui perdure, voire augmente avec des pleurs non expliqués

- Un stress, une anxiété prégnante

- Des troubles de l’attention ne permettant plus d’apprendre quoi que ce soit

- Une consommation de plus en plus forte de psychotropes, drogues, alcool…

- Des difficultés à s’endormir, des troubles du sommeil

- Une perte d’appétit

- Un manque d’énergie pour travailler comme pour sortir avec les copains ou au contraire par des abus d’alcool, de drogues, de vie nocturne… « pour oublier ».

- Des troubles de l’attention, pertes de mémoire…

L'accompagnement
psychologique

L’accompagnement psychologique proposé aux étudiants

L’accompagnement psychologique permet de redonner confiance à l’étudiant et offre un recul nécessaire face à certains faits.

D’orientation analytique je travaille avec les étudiants en entretiens cliniques interactifs d’une durée de 30mn. Le premier entretien, d’une heure ou davantage si besoin, est très important car il permet à l’étudiant de déposer le motif de sa consultation, à savoir son mal être, son doute quant à son orientation, sa solitude ou toute autre souffrance psychique ressentie.

Se pose aussi pour lui la question : Quel adulte suis-je en train de devenir et quel adulte voudrais-je devenir ? Face à la société actuelle et en fonction de son milieu socioculturel un étudiant peut se sentir au bord d’un gouffre, face à un avenir incertain.

Les entretiens cliniques permettent à l’étudiant de répondre aux questions qu’il se pose mais aussi à mieux se connaître lui-même à ce moment de la vie où il quitte le statut de « fils ou fille de ».

La préparation aux concours

Faisant passer des oraux blancs à des étudiants depuis de nombreuses années j’ai pu constater que lors des oraux la moindre faille psychique ou un manque de confiance en soi amène l’étudiant à un échec, d’autant plus que dans de nombreux concours sanitaires et sociaux un psychologue est présent. C’est pourquoi je propose aux étudiants qui le souhaitent une préparation pour leurs oraux. Il suffit parfois de quelques séances de coaching pour organiser la pensée de l’étudiant, lui apprendre à se présenter, lui donner ou redonner confiance en lui, travailler ses forces et ses faiblesses, et lui permettre ainsi de se présenter serein face à un jury.

Parfois un travail thérapeutique plus long est nécessaire car une question en particulier génère une souffrance psychique et occasionne un mal être chez l’étudiant, ce qui se ressent lors des oraux. Je propose alors un suivi psychologique afin de libérer l’étudiant d’un poids qu’il ne parvient pas à gérer. D’orientation analytique je travaille avec eux en face à face, en entretiens cliniques de 30 mn, avec un suivi hebdomadaire pour avoir le temps d’avancer ensemble, en confiance et être prêt pour passer les oraux.

En savoir plus sur le coaching